ELIANECHIRON.COM

2004 - Magasin du Fer, Arsenal, Venise , Espaces/Environnements/Métamorphoses, installation d'images numériques, octobre-novembre 2004. Catalogue bilingue.

LR (Amour de Venise), 2004, 6 tirages numériques sur polyester, 4x6 m, et texte. Installation située dans le magasin du fer de l'Arsenal (détail). Mes images m'apprennent ceci : je voulais Venise tombée du ciel, brisée entre la pierre et l'eau, l'autrefois et l'aujourd'hui.

Parce que ses pierres et ses eaux se brisent les unes contre les  autres, d'une image à l'autre, Venise me regarde. Je le sais maintenant, je voulais cela de Venise - que le monde entier vient contempler - qu'elle m'offre, à moi, son regard, et que je vous le rende. Un regard amoureux bien sûr, au sens où Lacan dit que "l'amour intervient dans sa fonction ici révélée comme essentielle, dans sa fonction de tromperie".Le format vertical est celui des kakémonos inspirés des rouleaux de la peinture japonaise traditionnelle devenus le format des publicités au seuil des expositions, qui sont pendues là pour attirer notre il. Au départ, j'ai pris des photographies un jour d'été aux teintes de faux hiver, et d'autres un jour de mars qui était comme un été : fragments épars recomposés à la main dans l'atelier. Venise est et n'est pas Venise. Elle erre entre les siècles, ses visages et ses légendes. L'ordinateur a posé sur ces visages de la"Sérénissime" des fards de courtisane, des teintes des marchandises et du sang des combats, qui ont métamorphosé cette ville en illusion, en ce regard trompeur qui est aussi celui de notre époque. Qu'on pense aussi, puisée dans les reflets de la lagune, à l'odeur de l'Amour de Venise.